macos-sierra-optimiser

Micaela Lattanzio : Fragmentations

Micaela Lattanzio est l’artiste et photographe italien à l’origine du projet « Fragmenta ». Il s’agit d’un programme qui a pour objet d’approfondir la notion de fragmentation dans l’univers de l’art. L’idée première est de découper en petits morceaux des clichés de femmes et d’hommes et de les transformer en une œuvre artistique ordonnée et visuelle. Puisqu’une image vaut mille mots, voici quelques photos issues de la collection de clichés fragmentés de ce photographe italien extrêmement talentueux.

Micaela Lattanzio : le cerveau en confettis

Dans la plupart des œuvres de Micaela Lattanzia, on remarque que ce dernier use de la fragmentation pour redessiner notamment la tête de ses photos originales. Dans le cliché qui suit par exemple, l’artiste italien a utilisé des confettis pour faire de l’image d’origine un cerveau en mosaïques dépourvus de neurones, de lobes et d’hémisphères. C’est ce qu’on appelle faire le vide en soi.

Micaela Lattanzio : cerveau

Malgré tout, cela n’empêche pas ces personnages de garder leurs réflexes. Allez un petit bisou pour la route !

Micaela Lattanzio

Dans le cliché qui suit presque l’intégralité du visage a été transformée en bout de papiers laissant juste entrevoir la bouche de la dame. Un cliché surréaliste qui nous fait penser à un puzzle dont on doit recoller les morceaux.

Micaela Lattanzio

Micaela Lattanzio : des modèles de photos entrelacées

Mais la technique de fragmentation du photographe italien ne se limite pas au découpage en lambeaux des images. Rassurez-vous, ce dernier arrive à réaliser des créations artistiques impressionnantes en gardant intacts le plus possible ses clichés. Pour ce faire, Micaela Lattanzio a fait des rayures avec les photos puis les a rassemblées. Ce qui donne au final, un modèle abstrait d’image moderne et surréaliste.

Micaela Lattanzio : entrelacement

À noter que toutes les créations issues de « Fragmenta » seront exposées jusqu’au 21 mai prochain à la Salle d’exposition du Largo S. Agostino (Montefalco, Italie).

Laisser un commentaire :